Non, en 2019, les contenus ne servent pas à Google !

Tiens, je ressors de mes congés pour râler, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas fait, et je suis certaine que ça vous manquait. D’ailleurs, vous me ferez le plaisir de faire « comme si ».

Bon, alors voilà le truc qui m’agace : nous sommes en 2019, le SEO existe depuis un moment déjà, la Rédaction Web aussi, on parle maintenant de « ContentMarketing », on commence à segmenter les types de Rédaction (Storytelling, Copywriting, etc.), mais je vois toujours dans des pages de présentation ou des articles el famoso question-clickbait : « A quoi sert le contenu ?! ».

Et c’est là que je trépigne : j’en ai marre de lire « C’est pour votre stratégie SEO », « C’est pour Google ». Oui, oui, on finit bien par lire un truc du style « C’est quand même aussi pour l’internaute », mais niveau hiérarchisation de l’information on va noter que ça passe toujours après les bots… (#GrandRemplacement).

Ne pas trop se fouler en Rédaction Web quitte à écrire de la merde

Tu débarques avec ton service, t’es inconnu(e) dans le milieu, t’as déjà une tripotée de gens qui ont, eux aussi, leur site Web avec leurs articles explicatifs sur le métier ; tu ne vas strictement rien inventer, encore moins innover.

Évidemment, tu vas être obligé(e) de démontrer ton expertise, te positionner sur certains mots clés, et tu t’imagines que pour ce faire, il faut ratisser la thématique sur les questions basiques. Jusqu’ici, je te suis à 200%, « Force et Honneur » comme on dit.

Sauf que tu risques de dire de la merde qui a 10 ans de retard, parce que de façon générale, c’est ce qu’on trouve quand on tape ton futur titre de page dans Google. Tu t’en fous sûrement, mais voilà, c’est bien le problème :

Tu fais partie des gens qui vont croire, en 2019, que pour vendre sa prestation de contenus, faut invoquer la sacrosainte gloutonnerie de Google. D’ailleurs, tu ne feras pas l’impasse sur un chapô commençant par « Le contenu est ROI », en te croyant profondément spirituel et inspiré. (Notons que je ne suis pas certaine moi-même de ne pas avoir fait un truc pareil au début de ma carrière, tiens !)

En d’autres termes, tu vas parler à une cible qui est aussi hasbeen que tes sources, et tu vas vite t’étonner de ne bouffer que de la presta de volumes, toi qui rêvais d’être le prochain artiste des mots.

Pourquoi on ne peut plus mettre Google en avant ?

Parce qu’on parle d’émotion maintenant. Parce que Google n’est plus le seul levier d’acquisition. Parce que les gens naviguent sur mobile et ont autre chose à foutre que de lire des pavés suroptimisés. Parce que de façon générale, le but du contenu est de…

Engager. Transformer. Fidéliser.

On passe notre temps à le dire : le concept ne date pas d’hier en plus, mais on ne vend pas. On propose une expérience.

Alors, ton « contenu est ROI pour les moteurs de recherche », tu m’expliqueras son potentiel excitant pour un internaute qui a encore ses yeux, hein…

Ce que ça te coûte en tant que Rédac’ de perpétuer ces idées

Je vais faire une liste parce que « Google aime les listes » (et que j’ai surtout la flemme de faire des phrases).

  • Tu passes pour un(e) gros noob auprès des experts
  • Tu t’adresses à une cible qui n’a pas dépassé ce stade du métier (et qui ne lui en demande pas plus)
  • Tu te fermes donc tout le pan véritablement Marketing du métier
  • Tu risques de t’ennuyer à long terme avec ce genre de prestations
  • Tu n’apprendras pas de nouvelles choses
  • Tu prends donc le risque de stagner dans tes compétences
  • Tu énerves les gros edgys du coin (moi quoi)

Bonus : tu écris des pages et des articles inintéressants. Mais ça te fait un point commun avec 70% du milieu.

Comment vendre sa prestation de contenus, alors ?!

Bah en mettant en avant ses réelles qualités, tiens !

Coupe Internet deux secondes (après avoir fini de lire mon article et de l’avoir partagé, stp !), et réfléchis à ce que TES contenus et TON travail apportent à ton client. Balance pas la sauce du voisin en espérant que ça marche aussi bien que dans une franchise.

Ne te réfugie pas derrière Google parce que tu crois que personne ne prend les textes au sérieux, et qu’il faut invoquer un truc plus ou moins technique pour remettre du cachet à ton métier. Ça n’est pas « Science VS Littérature », il faut en finir avec cette idée !

Ton boulot est de vendre. De te vendre, et de vendre les autres.

Pas d’écrire. C’est pas un truc pour littéraire frustré (même si…). C’est de la publicité.

Pense au fait que c’est du Marketing que tu vends, de la Comm’, et redresse les épaules. Tu vends du conseil au client, de l’information. Le texte va être là pour remplacer le discours du vendeur. Tu vends des histoires, des valeurs, du storytelling. Oui, tu vends du rêve aussi.

Ton métier entre dans le budget pub, pas dans le budget Webmaster, pas dans le budget SEO. Tu vas parler de segments de marché, tu vas parler de stratégie éditoriale et de « tone of voice ». Parce que tu vas vendre à des humains.

Google ne fait que faire ranker, il n’achète pas. Google n’est pas ta cible, c’est le client final qui l’est. Alors, ne me dis plus que le contenu est là pour ranker. Ne nous gonfle plus avec tes théories d’optimisation de textes. Fais ton boulot : écris un truc intéressant. Merde.

 
 
 
unsplash-logo Photo à la une par Christian Erfurt

Camille Écrit par :

Actuellement : Zerg de mauvais poil Evolution ultime : Mutalisk relativement polie Vend les mots comme du bétail, prostitue les idées, et maltraite son clavier. Ecrit parfois pour de vrai, quand on lui fout la paix.

4 Comments

  1. Jérémy Monnet
    2 mai 2019
    Reply

    La calotte de vos mort !

  2. 11 mai 2019
    Reply

    J’ai lu votre article Camille. Heureusement que des rédacteurs comme vous existent. Parce que j’en ai marre de lire toute cette soupe de posts ultra-optimisés qui n’apportent rien. Pas de colonne vertébrale. Pas d’engagement.
    Je suis ému à chaque fois que je lis des auteurs comme vous. Qui mouillent le maillot.

    • 13 mai 2019
      Reply

      Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis une chance, peut-être même au contraire, mais je comprends parfaitement ce que tu dis. Ca m’avait fait le même effet en lisant ton billet. Il y a plein d’autres rédac’s comme ça, mais ils se montrent parfois peu, sans doute pour éviter toute polémique possible avec les potentiels clients… Mais on n’est pas que des vendeurs, on est aussi des auteurs, ça a du bon d’écrire. Pour de vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.