Le Référenceur est-il un Imposteur ?

Le sujet a déjà été traité en long, en large, en travers, notamment à travers plusieurs micro crises dans le milieu du Web français en 2010 et 2012-2013 (poke @Bortzmeyer et @DavidLicoppe). Deux clans s’affrontent. Les premiers, les référenceurs, qui vendent à leurs clients un meilleur positionnement sur les moteurs de recherche. Les seconds, les seo-sceptiques, qui affirment que les référenceurs n’ont pas la science infuse et qu’ils ne vendent que du vent. Mes retours (très tardifs) et réflexion autour du SEO.

Pourquoi ne réagir que maintenant ? Premièrement je suis un petit nouveau dans le monde du blogging. A l’époque où ces faits se sont produits, je m’intéressais à peine au SEO. Désormais j’en bouffe à toutes les sauces en intraveineuse (ou du moins j’essaie), et j’espère pouvoir faire un article intemporel. Deuxièmement parce qu’il n’est pas rare que je tombe sur des personnes qui associent le référencement à de la voyance en ligne et que ça commence à me gonfler.

Tu es un SEO boy ? Entre autres. Et donc à ce titre je suis de partit pris. Mon avis est totalement subjectif et n’engage que moi.

Le SEO c’est de l’arnaque !

Non. Le SEO ça marche ! Plutôt bien d’ailleurs, aujourd’hui encore, malgré les nombreuses modifications algorithmiques de Google.

Mais n’en déplaise à Messieurs Stéphane Bortzmeyer et Lionel Dricot pour qui référenceur = sourcier ou marabout, le SEO ne se base pas sur du vent.

Faut-il jeter la pierre aux « incultes du référencement » ? Bien souvent ces détracteurs sont des personnes n’ayant pas ou peu de connaissance en SEO, mais ayant déjà eut à faire à des « Madame Irma du SEO » au marketing invasif.

Alors oui, ma maman m’a souvent dit de ne jamais ouvrir ma bouche si je ne savais pas de quoi je parlais et ces deux énergumènes auraient sûrement dû en faire autant avant de lancer ces polémiques. Bien mal leur en a pris puisque la communauté du SEO n’a pas tardé à réagir pour laver son honneur.

Mais lorsque l’on voit les stratégies commerciales de certains confrères, on se demande quand même : « peut-on vraiment leur jeter la pierre ? »

Contrairement à ce que certains pensent, le Référencement ne se base pas sur du hasard, des prédictions ou sur la force des marées. Ok, personne ne connait les aglorithmes Googleiens. Personne n’a percé à jour les secrets des prochaines mises à jour de Google et le référenceur qui affirmerait le contraire serait un menteur (poke @Seolius). Mais pour autant ne peut-on pas savoir ce que Google aime ou n’aime pas (les actions bénéfiques ou nocives pour le SEO) ?

le-penseur-de-RodinLa force du bon référenceur c’est de tester sans arrêt. Ses tests l’amènent à tirer des conclusions et à connaitre, in fine, les meilleures optimisations à adopter. Il ne connait toujours pas les rouages de la machine, mais par le raisonnement empirique, il peut déduire ce qui marche et ce qui ne marche pas :

Je fais A, je constate B, j’en déduis que :

  • pour obtenir B je dois faire A
  • pour éviter d’obtenir B, je dois ne pas faire A

« Mais d’après ce que tu me dis, il est possible, par rétro-ingénierie de comprendre les Algo Google ! C’est fantastique ! »

Tout doux ! On en est loin. On ne peut pas connaitre avec exactitude les mécanismes qui composent cet algo, l’impact exact qu’aura une optimisation ou encore, la vitesse à laquelle ces optimisations porteront leurs fruits.

Les limites du SEO

Le SEO ne permet pas de :

  • Prédire le retour de l’être aimé.
  • Prédire la date de votre mort.
  • Redresser les pénis.
  • Prédire la position précise d’une page sur un mot clef à une date donnée.

D’ailleurs, pour moi les mecs qui affirment avec certitude qu’une page sera première dans les SERP à un moment donné, garantit ou remboursé, tiennent plus pour moi de madame Irma ou du marketeux abusif que du référenceur. Le SEO n’a pas pour vocation de prédire quoi que ce soit, mais de mettre en place des optimisations pour atteindre des objectifs. Il garantit la mise en oeuvre de tous les moyens possibles pour atteindre ces objectifs, mais de là à garantir leur atteinte à coup sûr …

Un référenceur qui fait des prédictions, c’est un peu comme si demain, Didier Deschamps, en plus d’être entraîneur des bleus devenait aussi pronostiqueur et vous disait :

« Je leur ai fait un entrainement de champions, les sélectionnés sont au taquet et on s’est mis en 4-4-2. Misez tout sur la France. Ils vont remporter la coupe, 100% certain, garantit ou je rembourse tous mes salaires d’entraîneur à la FFF ! »

A ce moment, un esprit un peu aiguisé remarquera qu’on ne peut pas vraiment être pronostiqueur quand on est entraîneur. Que l’avis est totalement biaisé, pas objectif du tout. On peut même se demander, si le mec est si sûr de son coup, s’il n’a pas acheté le match, ou découvert un nouveau produit intraçable qui décuple la vitesse de Benzema. A un moment donné si c’est découvert, ça sent pas bon.

Christophe Rocancourt

Christophe Rocancourt
Christophe Rocancourt, le maître à penser de certains SEO

Bah pour le référencement, de mon point de vue, c’est à peu près la même chose. Le petit SEO qui vous affirme avec certitude que votre page sera référencée top 1 en X semaines c’est soit qu’il ne sait pas de quoi il parle, soit qu’il a acheté du lien en masse, ou encore qu’il tente une méchante technique black hat « intraçable ».

Votre site sera peut être en position 1 à la date prédite. Mais lorsque la FIFA-Google va découvrir le pot aux roses, il y a de fortes chances pour qu’on vous retire la coupe, les positions, le trafic, les ventes et tout ce qui va avec…

Le Référenceur est il un arnaqueur ?

Est-ce que tous ceux qui utilisent une garantie de résultats sont des escrocs ? Non. Pas forcément. Tout comme ceux qui utilisent des garanties de moyens ne sont pas des vertueux. Il s’agirait de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Il y a des gens de bonne foi partout et je ne leur jetterai pas la pierre.

Mais mon avis c’est qu’il n’y a pas besoin d’utiliser de telles pratiques marketing, que je qualifierai d’hasardeuses pour obtenir des clients.

Mais alors si il-y-a de bons et de mauvais SEO (comme partout, me direz vous), comment repérer les bons et éviter les mauvais ? Comment dépister ceux que Laurent Bourelly appelle les SEO-bscènes (cet article de 2013 est toujours autant d’actualité). Ceux qui n’ont jamais honte de vous mentir « les yeux dans les yeux ». Ceux qui seraient prêts à vendre leur mère pour obtenir un lien ou un client. Ceux qui vous promettent la lune et vous agitent une lampe torche sous le nez en espérant vous aveugler. Bref. Comment reconnaître le SEO-nnête du SEO-rs-la-loi ?

Comment identifier un Référenc(arnaqu)eur ?

Identifier un SEO anraqueurAttention, les conseils qui suivent ne sont pas un évangile. Comme tout ce que vous pouvez lire sur Internet, ou ailleurs, c’est à prendre avec des pincettes, à faire transiter par votre bon sens, à laisser reposer dans votre matière grise.

Cela ne signifie en aucun cas que le confrère qui réunira certains de ces points sera forcément un arnaqueur ou un imposteur. Il s’agit juste d’une tendance qui se constate souvent chez ce type d’individus. Vous êtes prêts ? Aller c’est partit !

Parce qu’on sait tous que vous adorez les tops, voici les 10 trucs qui doivent vous mettre la puce à l’oreille pour identifier un SEO arnaqueur :

  1. L’arnaqueur joue sur vos peurs.
    « Les 10 choses à ne surtout pas faire », « Si vous ne venez pas à cette conférence vous ne serez jamais bon », « Découvrez pourquoi votre SEO ne décollera jamais » … C’est évident non ? Pour qu’il y ait une offre, il faut une demande. Un besoin. Et bien c’est sa façon de faire naître le besoin. Par la peur.
    Il vous enverra un petit mail accompagné d’un audit gratuit qui vous expliquera pourquoi votre site est naze et à quel point vous vous faites démonter par Google parce que vous n’avez pas rempli vos balises meta keywords.
  2. L’arnaqueur vous fait croire que vous avez besoin de lui.
    Ce point est très lié au point précédent. Généralement de paire. Une fois que le SEO-bscène a créé la demande, il va se présenter comme la meilleure offre. « J’ai 50 ans d’expérience en réféncement ! », « J’ai déjà référencé des sites en Flash », « J’ai travaillé pour [grosse boite lambda qui possède 100 fois plus de budget que vous] »
    Ainsi le SEO-bscène vous fait croire que vous avez forcément besoin d’un SEO, lui, en l’occurence, pour que votre business puisse tourner.
    C’est faux ! Archi faux ! Tout le monde peut faire du référencement, ou l’internaliser. L’avantage de prendre un référenceur expérimenté c’est qu’il peut vous faire économiser pas mal de temps. Déjà parce qu’il est rôdé, mais aussi parce que le SEO c’est chronophage et le temps c’est de l’argent. Hormis cette contrainte temps, tout le monde peut se former au SEO et devenir aussi bon que les meilleurs.
  3. L’arnaqueur ne se plante jamais. Il n’a jamais tort. Il est infaillible.
    Vous pouvez essayer de le prendre en défaut. Vous n’y arriverez pas. Si d’aventure une de ses prédictions d’astrologue ne se produit pas, ce n’est absolument pas de sa faute. C’est Google qui a changé d’algo. C’est le concurrent qui a optimisé son SEO au dernier moment. C’est vous qui n’avez pas appliqué ses recommandations à la lettre ou suffisamment dans les temps. Bref, je sais pas qui c’est, mais en tout cas ça n’est pas lui !
  4. L’arnaqueur est dans la confidence, lui !
    Algorithmes secrets, recommandations confidentielles, recettes de famille, potions magiques, poudres de Perlimpinpin. Tout l’attirail sémantique de la diseuse de bonne aventure est là. Lui seul a décrypté la faille qui lui permet d’être meilleur que tous les autres. Il vous parle de choses auxquelles vous n’entendez rien, mais vous avez bien compris qu’il sait de quoi il parle. Du moins, c’est ce qu’il laisse entendre.
    Et il s’apprête à tout vous révéler. A vous ! Oui ! Vous ! Pas à un autre client / prospect ! Pas à [grosse boite lambda qui possède 100 fois plus de budget que vous] ! Non ! Vous, rien que vous ! Ne manquez surtout pas cette chance unique…
  5. L’arnaqueur a ses entrées chez Google.
    L’argument infaillible. Généralement lié au point précédent. Si le but du jeu est de vous positionner chez Google, quoi de mieux que des relations bien placées chez le moteur de Recherche préféré des Français pour vous garantir le meilleur positionnement au monde ? Il suffit d’un coup de fil et hop ! Google est votre ami !
    Si l’arnaqueur ne va pas toujours jusqu’à vous vendre ça, il peut parfois vous dire que certains de ses proches contacts qui désirent garder l’anonymat lui ont révélé des secrets de fabrication.
    Quoi qu’il en soit, un phrase du type « Je connais [quelqu’un qui travaille chez / les algorithmes de / la boulangère d’un employé de] Google » … doit vous mettre la puce à l’oreille.
  6. L’arnaqueur sait tout faire.
    Lui seul a le dont d’ubiquité. SEO, SEA, SMO et tous les autres acronymes de ce genre. Avec lui, vous faites le choix de ne pas vous planter : un seul homme qui réunit autant de compétences pour vous éviter de faire appel à 50 prestataires. Il a passé toutes les certifications possibles et imaginables et en un temps record, a accumulé des années et des années de savoir faire. Il n’est pas consultant, il est expert. Au four et au moulin. Vous vous demandez même comment il peut trouver du temps pour vous envoyer sa proposition commerciale.
  7. L’arnaqueur promet tout car il peut tout réaliser.
    Parfois promettre des positions exceptionnelles en un temps record n’est pas suffisant pour vous faire signer. L’arnaqueur sort ses armes secrètes : + X % de visites / de conversions / de chiffre d’affaires / de partenaires sexuels. Car oui, l’arnaqueur peut vous promettre tout ceci. Il en est capable. Ayez un peu de confiance. S’il le promet c’est qu’il peut le faire… Non ?
  8. L’arnaqueur vous assassine à grands renforts de chiffres.
    Parce que c’est bien connu, si ça a marché pour ses précédents clients (en supposant que ce soit vérifiable), ça marchera forcément pour vous. Il a tellement bien pensé ses solutions qu’elles n’ont pas besoin d’être adaptées. Et le voilà donc qui déballe les stats impeccables de ses anciennes réussites. Des chiffres astronomiques à vous en donner le tournis. Ces chiffres vous attirent, vous font rêver. Et pourquoi pas vous ?
  9. L’arnaqueur pratique des tarifs défiant toute concurrence.
    50€ la soumission dans 10 000 annuaires. 100€ pour doubler votre trafic. 25€ les 100 pages de contenu. Ca fait rêver non ? Ses tarifs sont imbattables. Mais comment fait-il ? Vous l’imaginez déjà faisant chauffer ses doigts sur son clavier, dépassant le mur du son avec sa souris.
    Meuh non ! Il a tout prévu ! Il a travaillé très dur en amont et il a monté un réseau de robots qui travaillent pour lui, ce qui lui permet aujourd’hui de proposer des prix défiant toute concurrence. Il est malin non ? Bon maintenant, est-ce que ses robots seront meilleurs que les robots de Google, là… Je vous laisse juger.
  10. L’arnaqueur est trop beau …
    … Trop beau pour être vrai. Si généralement ses promesses, ses preuves, ses méthodes ou ses tarifs semblent trop beaux pour être vrais, c’est que c’est le cas. Méfiez vous des discours incroyables mais « vrais » et des illusionnistes du SEO. Vous risquez fort de vous retrouver à signer un contrat dont vous ne voulez pas.

Si malgré ça vous avez des doutes, n’en restez pas là. Renseignez vous sur ce prestataire (réseaux sociaux, forums, google …) Cherchez des avis clients, vérifiez la véracité de ses réalisations passées. Parfois même la simple requête « [nom du prestataire] arnaque » vous permet d’éviter bien des embûches.

Enfin, mon ultime conseil : Multipliez vos sources. Si malgré tout vous avez quand même un doute sur une proposition commerciale, le mieux est de voir chez la concurrence, de comparer les devis et de multiplier vos chances de tomber sur un prestataire honnête. Exactement comme vous le feriez pour réparer votre toiture ou votre plomberie.

D’ailleurs pourquoi me croiriez vous sur parole ? 😉

David Écrit par :

Evolution ultime : Paladin du Web

Développeur Web et Référenceur à plein temps, blogueur à temps partiel. Boss de fin de niveau en intérim.

8 commentaires

  1. 9 novembre 2015
    Répondre

    Point de vue intéressant, qui pour moi passe quand même à côté d’un point important. Pour monter dans le ref’ nat’, il faut écrire de bons articles. Le SEO c’est essentiellement ne pas mettre de bâton dans les roues des robots pour se faire indexer. Mais le point de départ essentiel, qui apporte trafic, richesse (relative), et reconnaissance, c’est d’avoir un « contenu » d’aussi grande qualité que possible, et original avec ça.
    Le problème c’est que bien souvent, les clients, ceux qui veulent se faire référencer, n’ont aucun argument de ce genre pour le faire. En gros, leur contenu est à chier, et comme ils le suspectent, il font appel à des marabouts. Sauf que voilà : si tu n’as aucun argument pour te faire indexer, tu n’auras aucun résultat non plus. Passer du temps à rendre son site meilleur en contenu est plus important qu’invoquer les astres du SEO, d’après moi.

    • 9 novembre 2015
      Répondre

      Je te rejoins à 100%. Un client qui n’a rien a dire (ou rien d’intéressant) va être compliqué à référencer. Lorsque je tombe sur ce genre de cas, j’explique tout bonnement l’état sémantique du site à son propriétaire lors de l’audit pour qu’il comprenne que le SEO n’est pas que liens, technique et autres aspects « invisibles » pour l’utilisateur final du site.
      Sachant ça, c’est au client de choisir : faire de vrais efforts et jouer le jeu, ou s’en remettre à Mme Irma et espérer gagner et surtout garder des positions.

      Le vide sémantique est un sujet intéressant que je n’ai pas abordé de peur de m’éparpiller. Je garde néanmoins cette idée au chaud et je publierai sûrement quelque chose là dessus un de ces 4 😉

      • 10 novembre 2015
        Répondre

        Vide sémantique, et vide d’intérêt aussi. Les fermes à lien et curateurs de merde sont légion. 🙂
        Merci pour ce beau site, belle continuation et à bientôt.

  2. Loïc Tortelier
    11 novembre 2015
    Répondre

    Très bon articles.
    Je tennez néanmoins à souligner que quand on fait un bon audit pour referencer les pages site sur des mots clés en fonction de leur concurrence et d’action de référencement qui seront effectuer il est possible de garantir certaine choses a partir du moment ou cette concurrence sur ces mêmes mots clés reste similaire. Pour le cas des prestation de ref que je propose et uniquement suite a un audit, je peux garantir à mes clients un positionnement sur certains mots cle en première page de google en 1er page et une moyenne de visiteurs mensuel a partir d’un certain labse de temps. L’audit me permet de cerner si les actions entreprises ou a entreprendre permettrons cela en fonction de differents facteurs. Parfois un facteur comme la concurrence ou une struture de site bancale, etc peuvent effectivement rendre la garanti plus difficile voir impossible. Sinon sur certains mots clés, des zones goegraphiques definit comme les villes et les régions le positionnement en souvent atteignable. Bref. Effectivement se serai mentir que d’affirmer de rester sur les 3 premieres positiions peux importe la concurrence, la qualité du site à référencer ou les évolutions, mais pas de garantir un travail accompli qui permet d’atteindre des objectifs realistes suite à un audit pour verifier la faisabilité. Donc de mon point de vue et par rapport aux resultats sur les prestations de referencement que l’on proposes avec mes collaborateurs referenceurs, cela confirme que oui on peut faire des offres de remboursement dans certaines condition biensur. Il faut par contre bien prendre ses précautions avec un audit bien fait avant d’annoncer la faisabilité au client. Personnellement c’est se que je fais pour les offres de ref que je propose et sa marche plutôt bien. Vous me direz se que vous en pensez…

  3. 29 novembre 2015
    Répondre

    Félicitations pour ton article qui fait beaucoup de bien à lire et à décrypter. Tu as dit tout haut ce que beaucoup de SEO pensent tout bas.

    Nous ne sommes pas des magiciens ni des diseuses de bonne aventure, nous gagnons de l’expérience au fur et à mesure de nos travaux respectifs et nous menons des tests et une veille importante pour être au plus près d’une éventuelle réalité sur le sujet. Nous ne pouvons pas garantir mieux que ça.
    Pour ce qui est de l’argument du « je connais quelqu’un chez Google », nous sommes beaucoup à côtoyer rien que Zineb Ait Mahajji, et ce n’est pas pour autant qu’on va remonter dans les SERP.^^
    D’ailleurs, même des gens de Google ont affirmé que très peu de personnes ont accès aux algorithmes du moteur de recherche (source : https://www.seroundtable.com/google-small-group-access-search-algorithms-21257.html), c’est dire que nous sommes bien loin d’avoir des passes-droits. 😀

    En fait, le référencement connaît le même défaut que tous les métiers neufs ou générateurs de visibilité. Ils sont important pour le business donc d’un coup, des flopées « d’experts » sortent de nulle part et (sur)vendent des prestations en mentant à tout-va. En ce moment, ce phénomène arrive avec les objets connectés aussi, et il y aura bientôt d’autres business qui entraîneront ce genre de conséquences (rien que dans la création de sites web, il n’y a pas que des bons et pourtant, les agences poussent comme des fleurs…).

  4. 29 novembre 2015
    Répondre

    Merci David pour ton article qui replace la vraie fonction du référenceur et tord le coup à certaines fausses vérités de pseudo agences SEO.

    Je ne compte plus les propositions commerciales que je reçois dans ma boite e-mail qui promettent monts et merveilles dans des délais très courts (la boite dans laquelle je travaille actuellement a d’ailleurs eu l’amère expérience il y a 4 ans de sous-traiter le netlinking avec, à la clé, un gain de plusieurs milliers de liens en seulement quelques semaines, je vous laisse imaginer le résultat quelques mois après…).

    Bonne continuation avec ton site.

  5. 24 janvier 2016
    Répondre

    Bon ça va je me rassure je suis pas dans la catégorie ARNAQUEUR 🙂 , après c’est vrai y a beaucoup d’arnaque , pour ma pars qui débute je suis bien tomber dedans au début les campagne de 1000 liens a 30 e fait en une semaine et les truc bien bourrin quand ont connaît pas que l’on commence .

  6. 26 janvier 2016
    Répondre

    Le SEO est-il un imposteur ? Seul celui qui se pose la question un jour est capable d’y répondre, car il y a là une relation tri-partite : le SEO, le client avec le site à pousser, et le moteur de recherche. En fait non, il y a aussi… les autres, la compétition. Qui désigne non seulement les sites concurrents, mais aussi les SEOs concurrents… Ça commence à faire pas mal de paramètres qu’il est impossible de maîtriser de façon pérenne. J’ai rédigé un billet provocateur qui va dans le même sens : 10 raisons de ne pas coopter/recommander un SEO, http://cooptations.com/post/10-bonnes-raisons-pas-coopter-seo, que j’ai ensuite suivi d’un article donnant 10 bonnes raisons contraires 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *