Cette semaine, une image particulière a choqué une partie du Web. Celle de Mark Zuckerberg, en train de marcher dans une salle remplie de personnes branchées sur des casques de réalité virtuelle. C’était à l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone. Et pour le reste des détails, vous chercherez dans la presse, car ce n’est pas l’objet de ce billet. Non, ce qui m’intéresse aujourd’hui, ce sont les réactions à cette photo, et la photo en elle-même.

Si l’on traite cette photo comme un tableau, qu’est-ce qu’on peut voir ?

Zuckerberg Matrix

 

Cette image a un côté glaçant, je dois l’admettre. Le cliché est très fort en symbolique, parce qu’il montre un patron d’une firme aux accents de BigBrother, marcher tout sourire au milieu de « sacs à viande » – plus communément appelés « humains » – ignorant tout de sa présence. Pis, chaque individu est branché à une machine, totalement rendu aveugle. Et puis, il y a cet effet de lumière réellement intéressant, qui donne à la photo un côté très « pictural ». Cela aurait été une peinture, n’importe quel analyste voudrait attirer notre attention sur la lumière.

Parce qu’il nous expliquerait qu’en la suivant, on peut facilement voir ce que le « peintre » voulait montrer. De quoi je parle ? Regardez bien : dans cette image, deux individus se détachent nettement. Zuckerberg, d’une part, car il est en dehors de la masse, en mouvement, souriant, et l’homme au CENTRE de la photo, qui a une chemise bleue.

 

Zuckerberg matrix version contrastée

Pour bien illustrer, j’ai augmenté les contrastes de la photo.

 

J’ignore si c’est volontaire de la part du photographe, ou un pur hasard. Mais ce mec est pile au centre. Plus intéressant encore, la clarté de sa chemise le fait nettement ressortir dans la foule essentiellement habillée de vêtements sombres. Et là, on commence à comprendre pourquoi ça peut choquer.

Zuckerberg matrix focus homme

Un petit focus sur notre cobaye.

L’homme est assis, presque avachi. Il a un embonpoint, ce qui reste aujourd’hui l’un des plus gros symboles de notre société de consommation. Sur ses genoux, un ordinateur. Pas n’importe lequel : un Mac. Autre symbole fort de notre époque. Apple, Facebook, Google et Microsoft, sont des entreprises régulièrement pointées du doigt quand il est question de surconsommation, de respect de la vie privée, etc. Ensuite, il ne sourit pas. Pas du tout. Son visage est complètement tordu, dans une grimace qui lui donne presque l’air d’être mort. Nous noterons d’ailleurs que l’homme devant lui tire également une gueule pas possible.

Et à côté de ce rassemblement, Zuckerberg, en mouvement, en lumière également, souriant, et conquérant. Le fait qu’il marche au moment de la photo donne cet élan de conquête, cette allure de petit Napoléon numérique. Le fait qu’il sourit, comparé à ses congénères branché – et plus particulièrement notre homme de tout à l’heure – accentue nettement le contraste. Bon, de base, ce garçon a une tête qui ne me revient pas, et j’ai toujours trouvé son sourire malsain. MAIS, je pense que l’effet est plus saisissant PARCE QUE les gens tirent la gueule à côté.

Enfin, il y a un élément récurrent de l’image qui pousse encore plus loin l’impression d’Humanité branchée : les câbles qui partent des casques, et qui arrivent… Eh bien on ne sait pas justement ! Et le fait de ne pas savoir, laisse libre l’imagination, que nous avons débordante !

Branchés à l’Humain ? Aux publicités ? A un lavage de cerveau ? Allez savoir ! Mais je défie quiconque de me dire qu’il n’a pas une mauvaise impression, une « idée négative » en voyant ça. Ce foutu câble fait quand même naître l’idée d’une Humanité sous perfusion. Et cela n’aide pas à bien prendre cette photo…

Raison du choc : prise de conscience, ou culpabilité ?

Et je vous pose directement la question ! Parce que sur le Web, des réactions, on en a vu ! Je ne saurai vous chiffrer le nombre de références à 1984, Matrix, etc. Les gens se sont emparés de cette photo, de la même manière qu’ils auraient frétillé à un cliché de pseudo-zombies, d’E.T, ou autres.

Outre la puissance de l’image sur laquelle j’ai attiré votre attention précédemment, je crois que la raison principale à ces réactions est le fait qu’on est face à une « concrétisation » de peurs, et d’idées populaires. Après les livres, films, comics, et j’en passe, nous avons dans la « vraie vie », une représentation parfaite. Se passe alors un étrange phénomène : naissance de la peur, et de la culpabilité.

Peur qu’il soit « trop tard ». Peur que cela soit le début du déclin de l’Homme (car nous sommes encore incapables de nous imaginer une certaine pérennité dans le virtuel…). Peur d’être manipulés. Peur d’être élevés en batterie… Bref, les idées ne manquent pas. Et les articles à ce sujet non plus.

En revanche, peu de billets parlent de ce sentiment de culpabilité. Pourquoi je dis ça ? Parce que toutes les personnes qui réagissent sont hypocrites quelque part. Eh oui : pour avoir vu cette photo – vu qu’elle vient de paraître – il faut nécessairement avoir Internet, surfer dessus, voire… Voire avoir un compte sur un quelconque réseau social !

BIM, gros MindFuck, de rien 🙂

Nous sommes déjà branchés. Et depuis longtemps. Si l’on pouvait ressusciter un mort du début du siècle dernier, et qu’on prenait une photo de nous (juste d’une personne sur son pc/smartphone/tablette), et qu’on la lui montrait, que se dirait-il ?

Autre question : qui parmi vous dit encore « rencontres virtuelles » ? Lorsqu’il parle d’un contact trouvé sur Internet ? Combien de fois entendons-nous cette folle idée que le Web est « virtuel ». Qu’il existe aussi « L’IRL » (In Real Life) ?

Cette photo devrait être imprimée au format historique

A l’instar d’œuvres comme Le Radeau de la Méduse, et je ne prends pas cette peinture au hasard, nous sommes faces à un scandale, avec une technique de mise en lumière toute aussi intéressante. Face à un moment qui semble anecdotique, et qui pourtant, prend des accents de référence historique !

Personne n’y est insensible. Elle nous oblige à nous poser des questions qui nous gênent. Et c’est pour cette raison que le cliché nous fait autant réagir ! Reste à en faire quelque chose.

 

Ca vous a plu ? Voici d'autres billets de la catégorie Réseaux Sociaux